Claude Picher

Claude Picher (1927-1998)

Claude PicherClaude Picher est né à Québec en 1927. Il commence à peindre à l’âge de sept ans. Très tôt, il fait preuve de talent et se fait remarquer. Il remporte plusieurs prix pour ses œuvres, et ce, dès l’âge de quatorze ans.

À dix-neuf ans, il fait une exposition solo au Palais Montcalm.

En 1945 et 1946, il étudie à l’École des beaux-arts de Québec. Il n’y reste pas longtemps car il se rebelle contre le conformisme pédagogique. Il se livre donc à des recherches personnelles à New York. Il obtient une bourse du gouvernement du Québec et une du gouvernement français qui lui permettent d’étudier en France. Il s’inscrit à l’École du Louvre et à l’École nationale supérieure des beaux-arts. Il poursuit ensuite ses études dans les principaux musées d’Europe.

De retour à Québec, Picher continue sa production artistique tout en entreprenant une carrière administrative. Il devient, entre autres, directeur des expositions au Musée du Québec de 1951 à 1958, représentant de la Galerie nationale du Canada, à Ottawa, de 1958 à 1961 et directeur adjoint du Musée du Québec en 1963 et 1964.

En 1973, Picher est élu membre de l’Académie royale des arts du Canada, distinction dont il était très fier et dont le sigle R.C.A., (Royal Canadian Academy of Arts), accompagne sa signature. Claude Picher a reçu plusieurs prix dont le prix Lescarbot, la médaille commémorative du 125e anniversaire de la Confédération et le prix Mérite culturel gaspésien en 1992 en plus du prix du Duc d’Édimbourg en 1993.

Le peintre a obtenu plusieurs bourses pendant sa carrière dont trois bourses de la Fondation Elisabeth-Greenshields et deux bourses du Conseil des Arts du Canada.

Arrivé à Matane en 1971 pour enseigner au cégep, Picher se retire de l’enseignement après seulement quelques mois. Il s’installe alors sur une ferme de Saint-Léandre pour se consacrer exclusivement à la peinture. Claude Picher s’est donné pour mission de peindre la Gaspésie, un coin de pays qui n’a pas été assez peint, selon lui.

En 1991, Picher fait don de 50 tableaux à la Ville de Matane et promet d’en remettre 50 de plus, exploit qu’il réussit et dont les 100 toiles forment la collection La Couleur de la Gaspésie actuellement gérée par la Société d’histoire et de généalogie de Matane. Le peintre veut ainsi laisser un héritage à sa terre d’adoption. «C’est mon testament à ma terre d’adoption, la Gaspésie. Elle m’a tout donné» déclare-t-il.

De plus, il veut intéresser les jeunes à la culture en leur donnant la chance de voir, dans leur milieu, les œuvres d’un peintre exposant dans le monde entier.

Il décède en 1998, à l’âge de 71 ans, des suites d’une longue maladie.

Publicités